Le groupe bordelais "Télégram" convoque la nuit dans une chanson

"La Nuit", premier single. On navigue à vue jusqu’à l’aube à la recherche de réponses, indéchiffrables au monde des "diurnes".


Le groupe bordelais Télégram explore de nouvelles zones, avec un titre aux accents rock, magnifié par des instruments venus de toutes les latitudes. On y rencontre spectres et chimères, gardiens des enfers et autres anges déchus. Les mains tendues des traîtres et des félons.


▶️ BIO

Après un premier disque éponyme dont les compositions, traversées poétiques et réalistes ont mordu le public à grands coups de canines, le groupe bordelais Télégram revient en 2021 avec son nouvel album Le long des méridiens.

Laurent Kebous (Les Hurlements d’Léo), Chloé Legrand (La Cafetera Roja), Vincent Serrano (Les Hurlements d’Léo), Hugo Raducanu (In Vivo) et Julien Perugini nous emmènent dans un voyage immobile, contemplatif et cérébral, puissant alliage d’esthétiques entre rock, chanson réaliste, hip-hop, trip-hop et musiques du monde. Sur scène, les textes et les flows s’appuient sur des lignes de guitares inspirées, un basse-batterie ciselé et des instruments (n’goni, bubul tarang, hulusi, oud…) venus de toutes les latitudes. Sensibles esquisses aux portées incertaines, avenir lu dans la paume, prémonitions troublantes sur ce monde qui inexorablement nous échappe.

Guitare au poing, portant la prose, Laurent Kebous, la plume trempée dans le prime encrier du rock et de la chanson réaliste a tracé sa route. Des “main stages” aux salles de classe, du fin fond d’un café à la rue nourricière. Dans différents pays, dans tous nos hémisphères. Hypersensible à son époque, il a connu d’autres temps. Celui-là l’interroge, l’effraie parfois, l’inspire surtout. Tout comme ces êtres avec qui il ouvre encore et toujours de nouveaux sentiers de création.

Chloé Legrand, est une “millénial” biberonnée de culture hip-hop, de trip-hop et de chanson. De ceux et celles qui ont grandi avec le “world wide web”, elle en a le côté “nerd” avec cette passion pour la production et la composition, qui viennent s’associer à ses talents de guitariste.

Batteur, dompteur de flow, Hugo Raducanu flirte subtilement avec la ligne de souffle, le beat, les mots et les syncopes. Le groove en fil d’Ariane, avec à ses côtés Julien Perugini, griot blues solitaire, contrebasse mutante en main.

Vincent Serrano scelle enfin le cintre de l’édifice en donnant vie à une multitude d’instruments venus de toutes les latitudes, du violon au bubul tarang, du oud au n’goni, il détaille l’horizon et tisse sa toile harmonique. Couleurs et fragrances de contrées lointaines. Horaire des lunes et des marées. La clé de ce voyage en nous-mêmes ?



En savoir plus : https://www.facebook.com/Telegram.officiel/


Écoutez Laurent et Chloé.

Interview réalisée par Frédéric Dussarrat