"Le Tour du jour en quatre-vingts mondes", une exposition qui se propose de revisiter les oeuvres majeures du Capc Musée d'art comptemporain de Bordeaux

Empruntant son titre à un recueil de textes de Julio Cortázar, il s'agit d'un dialogue entre artistes d’origines géographiques, de genres et de générations diverses pour de nouveaux récits de l’art possibles et souhaitables.


À l’instar de la plupart des collections européennes, celle du Capc s’est construite et développée sur un socle masculin, européen et, plus largement, occidental, alors même que l’histoire de la ville de Bordeaux est ancrée depuis le XVIIe siècle dans ses rapports commerciaux et culturels avec l’Afrique, l’Asie et les Amériques. À une époque où les contextes culturels, sociaux et politiques conditionnent l’interprétation du spectateur comme de l’historien de l’art, il devient désormais essentiel de porter un nouveau regard sur les collections publiques, qui se doivent d’acter le passage à un monde multipolaire et remettre en lumière un ensemble d’artistes dont l’importance, pour diverses raisons, a été minorée par une histoire occidentale de l’art.

Pour opérer cette relecture, le Capc s’associe au Centre national des arts plastiques par le biais d’un dépôt conséquent d’oeuvres d’artistes femmes et d’artistes originaires de régions extra-européennes, mais dont l’identité artistique déjoue tout déterminisme qui consisterait à réduire une démarche singulière à son contexte géographique. Ce nouveau corpus vient dialoguer avec des oeuvres de deux décennies charnières dans l’histoire des acquisitions du Capc – les années 1980 et 1990 – pendant lesquelles s’est construite la colonne vertébrale de la collection du musée.

En savoir plus : http://www.capc-bordeaux.fr


Jusqu'en 2022.


Sandra Patron, directrice du CAPC, présente l'exposition à venir "Le Tour du jour en quatre-vingts mondes"

Interview réalisée par Frédéric Dussarrat