Alain Lestié : "De temps à autre". Exposition virtuelle de la Galerie Guyenne Art Gascogne

Le travail d’Alain Lestié semble en dehors de l’action et de la perception temporelle : hors de tout évènement, les objets figurés se montrent en pause, dans la suite d’une action ou dans un moment qui la précède, avec pour objectif d’en questionner le sens.


Cette exposition présente les premières œuvres en technique mixte d’Alain Lestié, entre crayon néro et peinture.

En effet, après une séquence de peintures sur toile d’un format unique débutant en 1976, l’artiste développe depuis 1995 une technique unique de dessin au crayon néro, entre noirs profonds et voile léger du gris.

Un dessin dont il détourne les valeurs : celles de la spontanéité, de la rapidité, de la légèreté, pour lui faire imiter la peinture. Un changement de technique qui ne modifie rien au projet, mais participe à l’ajout d’une instance de représentation supplémentaire, un après-la-peinture, dessin de peinture, à la manière d’une reproduction, pour en faire ressortir l’essence.

Un retour à la couleur tout à fait ponctuel pour des œuvres rares, le projet de cette courte séquence étant de mêler peinture et dessin afin d’affirmer leur proximité dans ses tableaux, justifiant l’expression « peinture au crayon ». Après plusieurs années d’un travail dédié au crayon, ce retour à la couleur est proposé comme la preuve de l’unicité de ces techniques, à la fois de leurs différences et de leurs concordances vers l’idée de la peinture.

Autour des thématiques constantes du temps, de la finitude et de la mémoire, Alain Lestié creuse le sillon d’une pensée de la perception, en parallèle de son évolution picturale, entre théorique et sensible, transformant le rapport personnel à l’œuvre par le stéréotype et sa perfection technique, afin de souligner un retrait des signes de l’artiste.


Cliquez ici pour découvrir l'exposition virtuelle


En savoir plus : http://galeriegag.fr/


Au total 26 œuvres en deux séquences
Jusqu'au samedi 29 mai 2021


Écoutez Alain Lestié.

Interview réalisée par Frédéric Dussarrat