Festival de Málaga : un cycle de cinéma en ligne avec L'Institut Cerventes de Bordeaux

Le cycle de cette année propose quatre documentaires coproduits en Europe et en Amérique, dans le but de mieux connaître la réalité de ces pays à travers leurs histoires.

 

L'Instituto Cervantes lance sur sa chaîne Vimeo, en collaboration avec le Festival de Málaga – Cinéma en espagnol, à un mois du début de sa 14ème édition, "Zonecinéma documentaire en espagnol", un cycle de cinéma en ligne qui propose quatre documentaires qui ont participé à la programmation du festival de son édition 2019.

Ce programme régulier de l'Instituto Cervantes —dont le nom vient de l'une des sections du festival andalou—, est consacré au cinéma documentaire depuis 2014 et présente des oeuvres qui recherchent des formules d'expression expérimentales, dans lesquelles le contenu mélange aussi la non-fiction, à côté de propositions telles que des chroniques de la réalité, dans le but de faire connaître les documentaires contemporains les plus distingués, réalisés par des créateurs espagnols et latino américains.

▶️ DEMANDEZ LE PROGRAMME

✔️ Le quatrième royaume. Le royaume des plastiques

Souvent, le cinéma permet de découvrir des endroits, tout proches, mais où nous ne serions pas allés. Le quatrième royaume nous transporte, à New York, dans un de ces lieux. «Sure We Can» est une usine de tri de plastique, fondée par Ana Martínez, une religieuse basque. On y rencontre des sans abris, qui échangent des résidus contre quelques dollars. Ce documentaire met en scène René, qui nous raconte la vie qui se déroule dans ce fascinant espace qui dénonce la surconsommation qui nous touche, sans que nous en soyons conscients. C'est dans cet espace, malgré tout beau et plein d'espoir, que René voit défiler les jours, au fil des différentes saisons:

✔️ Pour la guerre

Andrés Rodríguez Rodríguez, alias Mandarria, ancien combattant cubain, vit de ses souvenirs de combats au Nicaragua, il y a trente ans. À travers une série d'exercices d'un probable manuel de guerre, il reconstitue toutes les aptitudes d'un soldat, dans un jeu intéressant avec le réalisateur Francisco Marise, et aussi avec le spectateur. La vie solitaire de cet ancien militaire, évoquée dans ses gestes les plus quotidiens, rend également possible un dialogue avec la caméra, à travers lequel il explique ses opinions les plus existentielles. Mandarria se soucie de reprendre contact avec ses anciens camarades, afin, sûrement, d'évoquer le sens qu'a pris leur vie "pour la guerre".

✔️ Baracoa

Leonel et Antuán sont deux enfants qui vivent à Pueblo Textil, à Cuba. Pendant l´été, ils passent leurs journées à jouer dans des endroits abandonnés, autour du village, en plein milieu de la nature. Leur amitié montre la complicité propre à l'enfance. Antuán doit partir à La Havane pour y vivre avec son père, et la séparation inévitable gâche ce dernier été ensemble. Le documentaire, réalisé par Pablo Briones, parvient à une étrange mystique, dans un environnement naturel où les enfants passent leur temps entre rires, défis, bravades et peurs.

✔️ Un courant sauvage

Le troisième long métrage de Nuria Ibáñez Castañeda suit le schéma de ses oeuvres antérieures —La cuerda floja (2009) et El cuarto vacío (2013)— dans lesquelles elle fait intervenir des personnages fascinants et lointains aux vies non moins intéressantes et qui nous sont totalement inconnues. Dans ce nouveau documentaire, elle y fait le portrait de deux pêcheurs mexicains, Omar et Chilo, habitants d'un village éloigné et, apparemment dépeuplé, de la côte Pacifique. Nous découvrons leur vie quotidienne décrite à travers leur travail de pêcheur, mais nous voyons aussi comment ils vivent leur solitude, compensée par une amitié très particulière.




Tous les films seront disponibles sur la chaîne Vimeo de l´Instituto Cervantes durant 48h, à partir de 20h00 [GMT+2] du jour indiqué.
Consultez le programme du 7 au 30 mai 2021 et profitez des meilleurs documentaires



Écoutez Marie Subra, Coordinatrice Culturelle de l'Instituto Cervantes de Bordeaux.

Interview réalisée par Frédéric Dussarrat