Les "Médiévales de Bouliac" avec Richard Coeur-de-Lion

L’évocation de ce personnage incontournable se justifiait pleinement, tant il a profondément marqué l’histoire de la fin du XIIe siècle, en Angleterre et en Aquitaine.


Rappelons tout d'abord qu'en 2020, les "Médiévales de Bouliac" n'avaient pu se tenir pour cause de pandémie... Ce qui devait être la 22e édition a donc été reportée par les organisateurs de l'Association Amanieu de Bouliac, qui ont par ailleurs décidé de programmer les mêmes compagnies, ne serait-ce que pour les remercier de leur engagement.

L'édition précédente, en 2019, avait remporté un remarquable succès puisque le record de fréquentation avait été battu : 8 200 personnes avaient en effet été accueillies sur le site, dont la moitié d'enfançons de moins de dix ans !

Cet excellent résultat avait montré, s'il en était encore besoin, toute l'attractivité des Médiévales de Bouliac auprès d'un public essentiellement familial. Riches de cette réussite, Caroline Omodei et Maryvonne Schmidt, les deux co-présidentes de l'association, avaient bâti une édition 2020 tout-à-fait originale... Qu'elles reprennent cette année !

L'association Amanieu de Bouliac a misé cette fois sur l'évocation d'un personnage haut en couleurs et, pour tout dire, hors du commun. Richard Coeur-de-Lion a en effet marqué l'histoire de la fin du XIIe siècle, en Angleterre comme en France, particulièrement en Aquitaine — fils d'Aliénor, il fut duc de notre belle région et mourut lors du siège du château de Châlus (Haute-Vienne), le 6 avril 1199, après avoir été touché, quelques jours plus tôt, par un carreau d'arbalète...

Au-delà de cette évocation du "moins anglais des rois d'Angleterre", qui sera faite par les cavaliers des Portes de l'Histoire et les Hommes-livres, les organisateurs se sont assurés le concours de compagnies d’animation de qualité, dont les activités ont malheureusement été mises à mal par les effets dévastateurs de la Covid-19...

Cette édition s'articule autour de plusieurs innovations telles le camp des Mortes Payes, axé essentiellement sur la navigation, le spectacle de perroquets d'Élodie ou les prestations aériennes d'Al Cantara.

Et l'on notera le retour de trois excellents groupes de musique ayant marqué l'histoire des Médiévales (Waraok, Krless, Al Cantara), et celui des deux étonnants jongleurs-farceurs de la compagnie Mandalas.
 
Grâce à une programmation artistique digne des plus belles éditions, le public se retrouvera donc cette année encore au cœur de la tradition qui veut qu'à Bouliac, pendant les Médiévales, il se passe toujours quelque chose.

Aménagement optimal des espaces, richesse de la programmation artistique, convivialité, restauration de bon goût aux tables des tavernes, site superbe dominant la Garonne et la capitale régionale, classée par l'UNESCO au Patrimoine de l'Humanité...

Tout est prévu pour que le public se sente bien sur ces Médiévales.

Grâce à des compagnies de haut niveau et à leurs prestations de qualité, les visiteurs trouveront à Bouliac, durant deux journées, de quoi largement étancher leur soif d'images fortes. Ils pourront "visiter et approcher" le Moyen Âge au plus près par le biais de la musique, des armes, outils et costumes, des spectacles, ateliers ou jeux...


En savoir plus : http://www.lesmedievalesdebouliac.com/


Samedi 11 et dimanche 12 septembre 2021


Écoutez Gérard Lallemant.

Interview réalisée par Frédéric Dussarrat