Les refuges périurbains sur Bordeaux Métropole

Les refuges périurbains sur Bordeaux Métropole

A la fois objets culturels et outils de valorisation du patrimoine naturel métropolitain, les refuges périurbains ont été imaginés et conçus par Bruit du Frigo, en collaboration avec Zébra3. Depuis le le lundi 1er février 2016, le calendrier de réservation des refuges périurbains a été ouvert. Pour cette cinquième saison et comme l’année dernière, les inscriptions doivent se faire exclusivement en ligne.


Trois des sept refuges existants pourront accueillir leurs premiers pensionnaires à compter du 1er mars : il s’agit de La Vouivre à Ambès, Les Guetteurs à Bègles et Le Tronc Creux à Pessac. En revanche, les dates d’ouverture pour La Belle Etoile à Floirac, Le Hamac à Gradignan, Le Nuage à Lormont et La Nuit Américaine à Bassens ne sont pas encore arrêtées, ces derniers devant encore faire l’objet d’opérations de maintenance. Autre précision importante, la famille des refuges devait encore s’agrandir en 2016, avec l’installation de deux nouvelles pièces, l’une à Ambarès-et-Lagrave, l’autre au Haillan.
 
Pour mémoire, les refuges sont gratuits et ouverts au public, sept nuits sur sept, du 1er mars au 30 novembre. Toutes les démarches d’inscription (choix du lieu et de la date) et l’ensemble des informations pratiques permettant de préparer chaque nuitée (présentation des hébergements, retrait des clés, horaires…), sont à retrouver sur le site internet répertorié plus haut. A noter aussi qu’il n’est pas possible de réserver au-delà du mois à venir : concrètement, cela signifie que les réservations pour le mois d’avril seront ouvertes à partir du 1er mars, pour le mois de mai à partir du 1er avril… Par ailleurs, on ne peut réserver plus d’une nuit par saison et par refuge.
 
Ce projet est accompagné et financé par Bordeaux Métropole, avec la participation des communes hôtes.
 
En savoir plus : http://lesrefuges.bordeaux-metropole.fr/

Écoutez Michel Heritié.

Télécharger [Click droit, enregistrer sous]
Interview réalisée par Frédéric DUSSARRAT