Libu, la start-up qui améliore le bien-être au travail, par l'éclairage

La start-up Libu, accompagnée par Unitec, propose des systèmes d’éclairage bien-être à destination des entreprises, permettant la régulation de l’horloge biologique par la lumière.

Elle termine une phase de test terrain de son luminaire chez 3 entreprises de Nouvelle-Aquitaine, avec le support de chercheurs en chronobiologie et de la médecine du travail. Les résultats montrent que l'éclairage Libu permet une diminution moyenne de 25% du stress, mais aussi une diminution de la somnolence, et une augmentation de la qualité du sommeil et de l'humeur.

Qu’est-ce que Libu ?

La start-up Libu propose des systèmes d'éclairage pour les entreprises travaillant en bureaux. Le luminaire Libu fournit une lumière d'une qualité optique optimale. La lumière change au cours de la journée et permet la régulation de l'horloge biologique. Le luminaire fournit automatiquement la bonne lumière au bon moment.

La lumière possède un excellent rendu des couleurs et se rapproche de la lumière naturelle du soleil. La technologie à LED (diodes électroluminescentes) permet des économies d’énergie (entre 30 et 80%).

Une équipe spécialiste de l’optique

A 24 ans, juste après avoir obtenu leur diplôme d'ingénieur de l'Institut d'Optique Graduate School, Tinou Seguin et Manon Loustau ont fondé Libu, avec pour ambition de devenir un acteur de référence dans l'éclairage bien-être. C’est en parallèle de leurs études d’ingénieur que les deux fondateurs ont effectué la conception technique de l’éclairage Libu, ce qui a permis le dépôt d’un brevet dès la fin de leurs études.

Des défis ambitieux pour les années a venir

Le règlement de l’horloge biologique des salariés travaillant en bureaux est essentiel pour réduire le stress et améliorer la qualité de vie au travail des salariés. Libu souhaite donc proposer, avec son premier produit, une solution d’éclairage offrant une qualité optique optimale à prix abordable.

Cependant, l’équipe Libu a déjà une vision à long terme de son développement. En effet, le règlement de l’horloge biologique est un enjeu majeur, notamment pour les salariés travaillant en horaires décalés (3x8, de nuit…). Pour ce type de rythmes, il n’existe aujourd’hui pas de solution viable.

En savoir plus : http://libu.fr


Écoutez Manon Loustau.

Interview réalisée par Frédéric Dussarrat