De Bordeaux à La Nouvelle-Orléans : sur les traces de l'Amérique francophone

De Bordeaux à La Nouvelle-Orléans : sur les traces de l'Amérique francophone

A l’occasion du tricentenaire de la Nouvelle-Orléans, l’Office de Tourisme et des Congrès de Bordeaux Métropole propose de mettre en lumière les liens historiques qui unissent Bordeaux et la ville louisianaise à travers une nouvelle brochure dans la série « Lieux de mémoire ».


Une histoire datant du XVIIIème siècle
Bordeaux et la Nouvelle-Orléans partagent de nombreuses similitudes, que ce soit par leur fleuve ou par leur histoire. En effet, les plans de la ville louisianaise furent dessinés par l’ingénieur bordelais Louis-Pierre Leblond de la Tour et par Adrien de Pauger sous la direction du Français Jean-Baptiste le Moyne de Bienville, en 1718.
Après une première édition consacrée à Bordeaux et Québec, l’Office de Tourisme se joint à l’AQAF (Association Aquitaine Québec & Amérique du nord Francophone), l’Ambassade des Etats-Unis d’Amérique et au Conseil des Grands Crus Classés en 1855 pour proposer un tour d’horizon de 14 nouveaux lieux de mémoire, témoins des flux croisés entre les deux villes, dans différents quartiers.

Découvrir Bordeaux sous un nouvel angle
La nouvelle brochure revient par exemple sur l’ancienne Place Royale, où se sont développés le négoce bordelais et le commerce maritime avec les colonies dont la Louisiane, ou sur le cours Xavier Arnozan, avec son hôtel Fenwick à l’architecture de style néo-classique. Elle évoque également l’ancien Théâtre de l’Alcazar où s’est produit le musicien créole Edmond Dédé, originaire de la Nouvelle dans la fin du 19eme siècle.
L’ambition de ce projet est de créer une motivation de voyage pour une découverte de Bordeaux. C’est également un outil de découverte pour nos amis américains à la recherche de leurs ancêtres bordelais ou aquitains.

En savoir plus :
Dépliant disponible à l’Office de Tourisme en version anglaise et française et consultable en ligne : https://bit.ly/2zTtn03


Écoutez Anne Marbot.

Interview réalisée par Timothée Roy