Climax Festival sur le thème "l'Amazonie, ou le déracinement du monde"

Au programme de cette 5e édition : des concerts, de l'art, du ride, un village ONG et surtout un cycle de conférences.


"Ya pihi irakema" : c'est en ces termes que les indiens Yanomami expriment leur amour. "Une partie de toi vit et grandit en moi". N'est-ce pas la meilleure déclaration pour annoncer l'éco-mobilisation Climax 2019, invitant à la protection de l'Amazonie, des forêts et à la reconnaissance des cultures qu'elles font vivre ?

Partout sur Terre, la destruction des forêts primaires est l'écho sourd de la folie d'une civilisation : la déforestation fait rage, le climat se réchauffe, les pollutions se multiplient, la biodiversité s'effondre, emportant dans sa chute les tribus natives et le reste de l'humanité. L'Amazonie, l'un des deux poumons de la planète avec les océans, essentiel à la production d'oxygène, véritable creuset de biodiversité, s'apprête à être saccagé encore plus profondément qu'elle ne l'est déjà.

À l'approche de ce thème, quatre points forts émergent : la déforestation, la condition des peuples racines, la mémoire de l'esclavage et la virtualité des sociétés modernes. Ce sont eux que Climax souhaite explorer cette année avec notamment de grands témoins (Casey Camp Horinek, Raoni Metuktire, Mundiya Kepanga, Nicolas Hulot...) et des artistes (Criolo, 2manydjs, Lou Doillon, Kap Bambino, Malik Djoudi, Joyce Muniz, Chien noir...).

En partenariat avec la Région Nouvelle-Aquitaine et les ONG "Nature Rights" et "Mémoires & Partages".
       
En savoir plus : https://climaxfestival.fr/


Du jeudi 5 au dimanche 8 septembre 2019,
Darwin (Caserne Niel), Bordeaux.


Écoutez Karfa Diallo.

Interview réalisée par Frédéric Dussarrat