FIFIB, Festival International du Film Indépendant de Bordeaux

FIFIB, Festival International du Film Indépendant de Bordeaux

Le Festival International du Film Indépendant de Bordeaux, dit fifib, défend le cinéma indépendant mondial. Il rend compte de toutes les formes d’indépendances : d’esprit, de liberté de création et d’innovation.

Décloisonner les genres, les emmêler, les confondre, pour semer le doute. Et repartir, de zéro, pour se nourrir des autres et de leur expérience au monde. Vivre (non pas par procuration comme dirait Jean-Jacques Goldman) en immersion cinématique, une éclipse des sens. Oubliez tout ce que vous savez. Bienvenue au fifib.

L’édition 2017 du fifib s’aère et voyage plus que jamais. Ainsi, dans la compétition internationale de longs métrages, les personnages ont la bougeotte, rêvent d’ailleurs, et le spectateur lui-même partira à l’aventure en bateau, en Zambie ou au Kurdistan. Mais un voyage n’a de sens que si l’on y fait des échanges, des rencontres. La programmation continue d’embrasser les genres : Virginie Despentes et Béatrice Dalle se mesureront en musique à la poésie de Pier Paolo Pasolini. On pourra rencontrer Michel Ocelot, sublime orfèvre des univers animés de Kirikou ou Azur et Asmar. On frémira et s’illuminera face à Pacôme Thiellement et sa programmation de films « hérétiques ». On entrera en « filmothérapie » avec Eva Bester et Eric Judor pour finir en psychanalyse, cruellement et drôlement, avec Samuel Benchetrit.

Autant d’univers différents et luxuriants où plonger, de paysages d’artistes à accrocher précieusement dans sa tête.

De retour sous les arcades de Mably, le Village du festival se transformera tous les soirs en salle de cinéma plein air et en dance-floor géant avec une programmation gratuite et ouverte à tous.

En savoir plus : http://fifib.com/


Du mercredi 18 au mercredi 25 octobre 2017.


Écoutez Mélissa Blanco.

Télécharger [Click droit, enregistrer sous]
Interview réalisée par Frédéric DUSSARRAT