Vibrations Urbaines à Pessac

Vibrations Urbaines à Pessac

Les amateurs de cultures urbaines ont rendez-vous en octobre à Pessac pour les Vibrations urbaines sur le site de Bellegrave. Au programme de la glisse, de la danse et de l’art contemporain urbain.


Les cultures urbaines à l'honneur
À travers le festival Vibrations urbaines, la Ville de Pessac consacre 10 jours aux cultures urbaines. Le premier week-end est dédié aux compétitions de skate et au Pessac Battle Arena, le second week end aux compétitions internationales de bmx. La semaine est dévolue à la pratique amateur de ces cultures. Avec 17 années d’expérience, le festival s’est solidement installé dans l’agenda des manifestations culturelles métropolitaines. Si les professionnels assurent le show dans les différentes disciplines représentées, les Vibrations urbaines, ou « VU » pour les initiés attachent une réelle place à la dimension pédagogique avec une quinzaine d’ateliers ouverts à tous.

Côté street art
Les VU permettent chaque année au public de découvrir des artistes du street art par le biais d'expositions. Le street art est un mouvement artistique contemporain. Il regroupe toutes les formes d’art réalisé dans la rue, ou dans des endroits publics, et englobe diverses techniques telles que le graffiti, la réclame, le pochoir, la mosaïque, le sticker, l'affichage voire le yarn bombing ou les installations. C'est principalement un art éphémère vu par un large public.

Côté break dance
Le Pessac Battle Arena, compétition internationale de breakdance, a su se tailler une place de choix dans le calendrier des meilleurs danseurs. Le breakdance est un style de danse développé à New York dans les années 1970, caractérisé par son aspect acrobatique et ses figures au sol. Un danseur de breakdance est appelé breaker ou breakdancer.

Nouveauté : une soirée de clôture prochainement dévoilée


En savoir plus : http://vibrations-urbaines.net/


Du vendredi 21 au dimanche 30 octobre 2016.


Écoutez Frédéric Arnaud.

Télécharger [Click droit, enregistrer sous]
Interview réalisée par Frédéric DUSSARRAT