La femme comme champ de bataille

La rencontre entre deux femmes dans le contexte de la guerre en ex-Yougoslavie. Une pièce qui a fait date, à laquelle Jean-Luc Ollivier revient vingt ans après.


Allemagne, début des années 1990. Un hôpital de l’OTAN, à la fois très loin et très proche de la guerre qui fait rage en Bosnie-Herzégovine. Une psychologue américaine, Kate, rencontre Dorra, originaire des Balkans, victime d’un viol pendant le conflit. Enceinte, celle-ci veut mourir, tandis que Kate veut sauver son enfant à tout prix. Leur face-à-face révèle les fractures intimes de ces deux femmes qu’à première vue tout oppose : laquelle a en définitive le plus besoin de l’autre pour se reconstruire ?… C’est « à chaud », en 1996, au lendemain des accords de Dayton, que Matéi Visniec – Roumain établi en France depuis 30 ans – écrit ce texte qui, depuis, a connu une fortune jamais démentie. Peut-être parce que la richesse du matériau thématique, la finesse de ces deux personnages qui ne se laissent jamais réduire au cliché, la variété des registres qu’elle permet d’explorer, la singularité de cette langue percutante, à la fois crue et sentimentale, font de cette pièce une inépuisable source pour les metteurs en scène ?

Depuis qu’il l’avait montée, en 1999, déjà avec la compagnie le Glob, Jean-Luc Ollivier rêvait en tout cas d’explorer à nouveau cette fable qui fut le point de départ de sa collaboration avec le SARTR (théâtre de guerre de Sarajevo).

Texte Matéi Visniec Scénographie et mise en scène Jean-Luc Ollivier
Compagnie le Glob Jean-Luc Ollivier

En savoir plus : http://www.tnba.org


Du mardi 12 au samedi 16 février 2019,
TnBA, Théâtre national de Bordeaux en Aquitaine.


Écoutez Jean-Luc Ollivier.

Interview réalisée par Frédéric Dussarrat