« Maman baleine » et « Maman chaperon » de Geneviève Rando

« Maman baleine » et « Maman chaperon » de Geneviève Rando

La compagnie Les 13 lunes naît au printemps 2012, une année de treize lunes, d’un désir de création dans tous ses états : texte, voix parlée, voix chantée, travail gestuel, composition musicale interprétée sur scène. C’est un travail sur le sens pour tous les sens.


« Maman baleine »
Quand Baleineau naît, Maman Baleine l'accompagne à la surface de l'eau pour qu'il prenne sa première respiration.
De l'eau à l'air, de l'air à l'eau, Baleineau peu à peu s'aventure jusqu'au bateau, bondit toujours plus haut vers l'oiseau, et s'il se perd, Maman Baleine le rejoint sans trop tarder pour le cajoler et le rassurer.
Une immersion à ciel ouvert pour babillages et violoncelle, du premier son aux premiers mots, de la première caresse à la première exploration, et retour. La scène habillée de tissu aux mille nuances de bleu enveloppe les publics, tout comme l'univers sonore composé de voix de tout-petits, de sons sous-marins et de violoncelle.
Quand son Baleineau naît, Maman Baleine l'accompagne à la surface de l'Océan, pour qu'il prenne sa première respiration. De l'eau à l'air, de l'air à l'eau, Baleineau peu à peu s'aventure jusqu'au Bateau, bondit toujours plus haut vers l'Oiseau, et s'il se perd, Maman Baleine le rejoint sans trop tarder pour le cajoler et le rassurer.

L'histoire se déploie, portée par les voix d'une comédienne ainsi que par celle de la violoncelliste et de son instrument. Pendant le spectacle, les enfants peuvent s'étendre, chantonner, ramper, danser au fil de l'eau'

« Maman chaperon »
Entrez une nouvelle fois dans la forêt des contes, en compagnie du Chaperon rouge … et du Loup, inévitablement…
En musique, en geste, en français, en langue des signes, en espagnol' Un espéranto du corps et de la voix pour dire l'apprentissage de la liberté, le danger d'une rencontre, la ruse du plus petit qui se sauve du grand méchant.

Tout y est, la petite fille choyée par sa maman et sa mère-grand, la galette, le petit pot de beurre, la forêt, le loup, "et patati et patata, patin couffin".

Tout y est' et pourtant tout est décalé. Ici la malice l'emporte sur la peur.
Tout y est, promis, juré : les mains poilues, les grands yeux, les grandes oreilles et même les grandes dents  ! C'est pour mieux vous embarquer mes enfants.

En savoir plus : http://theatre-la-lucarne.com


Du lundi 5 au mercredi 7 novembre et du lundi 17 au mercredi 19 décembre 2018,
Théâtre La Lucarne, Bordeaux.


Écoutez Jean-Pierre Terracol, directeur artistque du Théâtre La Lucarne.


Écoutez Nathalie Marcoux, Compagnie Les 13 lunes.


Interviews réalisées par Frédéric Dussarrat