Concert Mozart toujours

Concert Mozart toujours

Mozart considérait La messe en ut mineur (ou Grande Messe) écrite en 1783 comme la réalisation d’une promesse, celle d’écrire une grande oeuvre sacrée pour remercier Dieu de lui avoir permis d’épouser Constance après sa maladie (août 1782). Considérée comme le deuxième point culminant des compositions sacrées de Mozart, après son célèbre Requiem -ultime partition du génie autrichiendont seulement la moitié des mouvements lui sont attribués, La messe procède intégralement de sa plume. Et le style, quoique très variable d’un mouvement à l’autre, s’en ressent sensiblement par une continuité dans la splendeur et la puissance.


L’oeuvre demande un effectif conséquent, puisqu’elle est prévue pour un double choeur, un quatuor de solistes et un grand orchestre. Elle est constituée d’environ une douzaine de mouvements, selon la décomposition choisie, et reprend de manière assez classique la liturgie catholique romaine de la messe : Kyrie, Gloria, Credo, Sanctus, Benedictus… série à laquelle il manque la pièce finale (Agnus Dei). En effet, l’oeuvre est hélas incomplète, et non achevée (au contraire du Requiem, dont Constance fit terminer l’écriture par François-Xavier Süssmayr, élève du maître, afin d’obtenir le paiement de la commande de l’oeuvre). Le Credo est également incomplet, puisqu’il nous manque tous les textes après l’air Et incarnatus est.

Avec le Chœur Symphonique Polifonia
l’Ensemble Vocal d’Aquitaine
l’Orchestre Aquitaine-Hauts de Garonne
julie Mathevet, soprano
Gaelle Mallada, mezzo
Stéphane Victor, ténor
Bertrand Duby, basse
direction Eliane Lavail et Damien Sardet.

1 euro reversé, sur chaque billet vendu, à Sud Ouest Solidarité

En savoir plus : http://www.polifoniael.org/

 


Dimanche 27 et lundi 28 mai 2018,
Cathédrale de Bordeaux.


Écoutez Bernard Causse.

Télécharger [Click droit, enregistrer sous]
Interview réalisée par Frédéric DUSSARRAT