Véhémences d’Antonin Artaud

Véhémences d’Antonin Artaud

"Durant toutes ces années passées à observer, à écouter, une réflexion me traversa : le corps est vraiment surprenant. Voyant notamment certains interprètes musiciens, comédiens, danseurs dans leur exercice personnel j’ai été saisi par l’intensité intérieure où seule la pensée semble être le mouvement. Souvent, le plus important est ce que l’on ne voit pas, ce que l’on n’entend pas. Des lèvres qui bougent, des doigts qui s’animent, la musique sans l’instrument, la danse sans le mouvement, les mots sans la voix. Juste de petits mouvements, parfois infimes, presque imperceptibles, mais tellement profonds et intenses. Cette véhémence intérieure ne se passe pas du corps. Il me vint donc le désir de mêler cette véhémence à mes propres obsessions, qui animent depuis toujours mon travail sur la lumière, travail sous-tendu par l’étrange sentiment que le plus important dans l’image est ce qui y manque. L’obscurité, l’ombre, le silence seraient le seuil de toutes les possibilités.



J’ai souhaité confronter ces réflexions au regard et à l’imagination du public en proposant une collaboration avec Proxima Centauri et la Compagnie Tiberghien, toutes deux gourmandes d’expériences repoussant les limites de l’imperceptible.

La proposition de Christian Loustau d’inviter Antonin Artaud avec « Le Pèse-nerfs » fut une évidence ; le visage, la véhémence de cet homme qui a tant persévéré dans son être pour transcender ses rêves et ses passions au péril de sa vie. « Le sang est un corps électrique » disait-il." Jean-Pascal Pracht, metteur en scène et en lumière.

En savoir plus : http://www.lelieusansnom.fr


Jeudi 8 au dimanche 11 mars 2018,
Lieu Sans Nom, Bordeaux.


Écoutez Christophe Havel.

Télécharger [Click droit, enregistrer sous]
Interview réalisée par Frédéric DUSSARRAT