Hommage Duras à l'occasion des 20 ans de sa disparition

Hommage Duras à l'occasion des 20 ans de sa disparition

L'Eté 80, L'Homme assis dans le couloir, La Musica deuxième, Madame Dodin, La douleur, L'Eté 45 d'Alain Vircondelet ainsi que d'autres très belles surprises ...


> "L'Eté 80" de Marguerite Duras avec Maud Andrieux 1er & 6 Avril 2016 20h
Maud Portrait 8.jpgEn 1980, au sortir d'une longue expérience cinématographique, Duras revient à l'écrit et aborde le registre de l'écriture "courante", proche du style journalistique. Au début de l'été, Serge July lui demande si elle peut assurer à Libération une chronique régulière. Elle hésite, car cette perspective l'effraie. Puis, elle se dit qu'elle peut toujours essayer. Serge July lui dit ce qu'il souhaite: une chronique qui ne traite pas de l'actualité politique ou autre, mais une sorte "d'actualité parallèle" à celle-ci, d'événements qui l'auraient intéressée et qui n'auraient pas forcément été retenus par l'information d'usage. La fin de ce périple entre imaginaire et vie réelle est L'Eté 80, dédié à Yann Andréa.C'est un nouvel épisode de son écriture.

> "Voyage Musical dans l'oeuvre de Duras : Le Cycle Indochinois" les 2, 3, 9 & 10 Avril 2016 avec Elsa Lardy, Sylvain Biscarrat & Arnaud Danede
"J'écris des livres dans une place difficile, c'est-à dire entre la musique et le silence. Je crois que c'est quelque chose comme ça. On rate toujours quelque chose, ça c'est forcé, c'est une obligation dans la vie, j'ai raté la musique" Marguerite Duras

> "L'Homme assis dans le couloir" de Marguerite Duras avec Elsa Lardy et Sylvain Biscarrat Mise en scène Jean-Claude Parent 7 & 8 Avril 20h
« c'est un livre que j'ai crié, sans voix » M.D

> "Moderator Cantabile" de Duras par André Loncin le 13 & 14 Avril 2016 à 20h
Brisant l'atmosphère paisible de la leçon de piano à laquelle Anne Desbaredes, épouse d'un jeune industriel, accompagne son enfant comme d'habitude, un cri éclate au café tout proche, juste au milieu de la sonatine de Diabelli, dont l'ouvrage porte le nom. Un homme vient d'assassiner sa compagne, avant de se jeter à son cou dans une étreinte passionnée.

> "Duras/ Pivot APOSTROPHES" le mercredi 20 Avril 20h avec Sylvie Leveillard et Claude Gallou
Le 28 septembre 1984 Bernard Pivot reçoit Marguerite Duras en direct dans sa célèbre émission Apostrophes.

> "Madame Dodin" de Marguerite Duras avec Pauline Phélix le 21 & 22 Avril 20h/24 Avril 2016 à 15h30
Pourquoi que chacun il la viderait pas, sa poubelle ? Pourquoi faut-il qu’il y en ait qu’une seule qui vide les chiures de cinquante autres ?… Ainsi s’exprime, en prose délicate, la maléfique Mme Dodin, notre concierge. Nous la suivons l’œil collé au carreau de la fenêtre pour l’apercevoir vociférer.

> Carte blanche à la Cie Lophorore - Bartlby d'Herman MELVILLE, le 23 Avril 2016 à 20h
Petite entorse à cet Hommage 20 ans Duras, nous profitons de la venue de cette compagnie parisienne qui présentera Madame Dodin de Duras pour leur offrir une soirée Carte Blanche et vous proposer cette pépite d'Herman Melville.

> "La douleur" de Marguerite Duras avec Maud Andrieux 27, 28, 29 Avril à 20h
La dernière guerre, Marguerite Duras l'a vécue tout à la fois comme femme dont le mari avait été déporté, comme résistante, mais aussi, comme écrivain. Lucide, étonnée, désespérée parfois, elle a, pendant ces années, tenu un journal, écrit des textes que lui inspirait tout ce qu'elle voyait, ce qu'elle vivait, les gens qu'elle rencontrait ou affrontait. C'est le récit de l'attente de ce retour, celui de son mari, Robert Antelme, un texte qui mêle la question politique -le rôle de la Résistance, son organisation, la difficulté à obtenir des informations sur les camps et sur les survivants- à un récit intime sur l'attente, l'amour et la fin de l'amour.

> "Cet été là, de braise et de cendres" d'Alain Vircondelet Entretien et Lecture le 30 Avril 2016 à 20h
Nul n’a jamais su ce qui s’était réellement passé durant cet été 45 où Marguerite Duras accompagna son mari, Robert Antelme, rentré des camps, dans une maison de repos à Saint-Jorioz, près d’Annecy. Deux mois où elle veille sur lui mais où elle tente aussi de se reconstruire, de reprendre goût à la vie, et surtout de se jeter à corps perdu dans l’écriture. Deux mois sombres et mystérieux où Marguerite Donnadieu-Antelme, devient enfin Marguerite Duras, forte des années de braise, mais alourdie d’une douleur qui ne la quittera jamais.

En savoir plus : http://tmd.blogspirit.com/


Du vendredi 1er au samedi 30 avril 2016,
TMD, Théâtre Marguerite Duras, Bordeaux, 8-10 Rue du Faubourg des Arts aux Chartrons Bordeaux.


Écoutez Maud Andrieux.

Télécharger [Click droit, enregistrer sous]
Interview réalisée par Frédéric DUSSARRAT