L’heure du souper ou l’art du bien manger aux XVIIe et XVIIIe siècles

L’heure du souper ou l’art du bien manger aux XVIIe et XVIIIe siècles

L'évolution de l'attrait pour la cuisine, tant sur les produits et saveurs que sur leur mise en forme, donne naissance à de nouveaux objets et de nouvelles représentations autour de la table.

 

A partir de la seconde moitié du 17e siècle, et tout au long du 18e, s'impose une "nouvelle cuisine [où] tout est historié", c'est-à-dire mis en scène, comme le fait alors remarquer le maréchal de Richelieu à la marquise de Créquy.

Cette cuisine se caractérise effectivement par l'élaboration de plats très sophistiqués dont l'intérêt réside tout autant dans la riche alliance des saveurs, qui se multiplient au gré de la découverte de nouveaux produits, que dans la manière de les présenter, de les servir et de les déguster.

Cet attachement porté à l'esthétique des mets proposés et à la théâtralisation du repas explique la multiplication, au 18e siècle, des objets liés aux arts de la table, qu'ils soient en faïence, en porcelaine ou en argent, trois matières nobles et raffinées qui font rapidement oublier la vaisselle en étain encore en usage au 17e siècle.
A ces nouveaux produits et nouveaux objets correspondent également de nouvelles manières de tables savamment orchestrées par les règles du "service à la Française" et dont les arts décoratifs sont le témoin privilégié.

En savoir plus : Musée des Arts décoratifs et du design


Du jeudi 19 février au lundi 18 mai 2015
Musée des Arts décoratifs et du design, Bordeaux


Écoutez Caroline Fillon.

Télécharger [Click droit, enregistrer sous]
Interview réalisée par Frédéric DUSSARRAT