Claude Bellan, peintre de l’intime…  Histoire d'un compagnonnage, exposition de la Galerie Guyenne Art Gascogne

Dans l’élégance de ces couples enlacés, nous découvrons à la fois la tendresse, la sensualité et parfois la tension des corps, portés par la subtilité des matières et la précision de l’exécution de la couleur, vive et intime à la fois, essentielle durant cette période où le contact semble lointain.

 

Né à Bordeaux en 1933, Claude Bellan s’oriente vers la peinture à l’âge de 18 ans, converti par les stimulantes investigations que propose alors la seconde génération des peintres Indépendants Bordelais.

Au contact des grandes figures tutélaires, parmi lesquelles Edmond Boissonnet, il découvre l’avant-garde des générations de l’après-guerre. Après s’être fixé à Paris, il se retire, avec son épouse Herta Lebk, en Gironde, à Pugnac.

Fidèle à la figuration, il s’engage alors dans une voie personnelle, expressive, qu’il développe dans des séries thématiques (autoportraits, couples enlacés, tauromachies, crucifixions), témoignant toutes d’un même combat métaphorique qui est celui du peintre face à la peinture.

La sélection des œuvres proposées se concentre sur la période de 1977 à 2000, durant laquelle les couples ou « les chambres d’amours » vont être traités avec la pluralité des techniques de l’artiste : collages, papier découpé dans la force de la couleur ou bien dans les nuances du gris, gouaches ou résine acrylique et pigments sur toile.


En savoir plus : https://galeriegag.fr


Jusqu'au samedi 31 octobre 2020.


Écoutez Johan Demessine.

Interview réalisée par Frédéric Dussarrat