La Base sous-marine de Bordeaux avec une exposition de l’artiste et cinéaste français Clément Cogitore

Répartie dans les différents espaces de la Base sous-marine, une sélection d’installations de films et vidéos parmi les plus emblématiques de l’artiste forme un parcours incluant oeuvres de début de carrière et réalisations plus récentes, dont The Evil Eye, avec laquelle il a été le lauréat du prix Marcel Duchamp en 2018.



Clément Cogitore est lauréat du Grand prix du Salon de Montrouge en 2011 et devient pensionnaire de la Villa Médicis à Rome en 2012.

Sélectionné dans le cadre de la Semaine de la critique à Cannes en 2015, son premier long métrage Ni le ciel, ni la terre reçoit le prix de la fondation Gan et est nommé la même année pour le César du meilleur premier film. Il reçoit en 2016 le Prix SciencesPo pour l’art contemporain et le 18e Prix de la Fondation d’Entreprise Ricard pour l’art contemporain. Le prix Marcel Duchamp lui est décerné en 2018 pour son oeuvre The Evil Eye. En 2019, Braguino et Les Indes Galantes sont nominés au César dans la catégorie meilleur film de court-métrage.

 

Les films et vidéos de Clément Cogitore sont ancrés dans les circuits classiques de distribution du cinéma et font aussi l'objet de présentations dans l'espace muséal et dans des galeries. À travers son oeuvre, Clément Cogitore questionne notre rapport constant aux images.


Une exposition pour tous les publics

Dans le cadre de l’exposition, la Base sous-marine propose une visite en Langue des Signes Française, en collaboration avec l’association CRIS. Le jeune public est également à l’honneur, et aura l’occasion de venir visiter en famille l’exposition, de participer à des ateliers de danse Krump avec la Cie Révolution ou parcourir le travail de l’artiste grâce à un livret spécialement conçu pour les plus jeunes.

En savoir plus : http://www.bordeaux.fr/o271/base-sous-marine


Du lundi 14 octobre 2019 au dimanche 5 janvier 2020.


Clément Cogitore nous présente 2 installations présentées dans l'exposition.

Interview réalisée par Frédéric Dussarrat