Jean-Baptiste : un portrait vidéo de Laure Subreville

Jean-Baptiste est pensé comme une partition montrant des hommes qui réparent les outils, organisent la matière et activent les machines. Un triangle se crée entre l’œil, la main et la machine. Laure Subreville en cherche l’équilibre.


Elle tente de s’approcher pour comprendre ces hommes, regarder ce qu’ils regardent. Le danger rôde car ici tout est coupant ou le deviendra. Elle expérimente la distance qu’elle doit respecter. Seule la technique et la dextérité permet d’approcher la machine. Elle restera en marge à regarder les corps à l’œuvre. Le geste de l’artiste et celui l’affûteur deviennent cette même partition. Chacun orchestre son ouvrage avec son outil, la caméra pour l’une, l’affûteuse pour l’autre. Ils se rencontrent. Ces travailleurs créent comme les premiers hommes, des outils, des instruments, pour trancher la matière. Le Flysch apparaît au fil des images, il est le paysage tranché par la nature elle-même.

Jean-Baptiste Durousseau est le chef d’atelier de Durousseau Outils Coupants qu’il apprend à quitter peu à peu. Mathieu, Christopher, Mickaël, Damien , Rafae, René, Anthony, Fanny et Gauthier vont ré-orchestrer d’ici peu cette société en SCOP dont ils deviendront sociétaires. C’est dans ce contexte particulier que Laure Subreville découvre l’usine et ses hommes.

Cette immersion de quelques mois et de quelques lieux - le tournage a eu lieu en parti sur la côte basque espagnole - a permis la création d’une nouvelle partition dont Jean-Baptiste est la figure. Il est devenu le nom éponyme d’un triptyque vidéo. Jean-Baptiste est un portrait à deux visages, celui de son personnage principal et celui de la SCOP naissante.


En savoir plus : http://www.zebra3.org/


Du mardi 2 au dimanche 21 juillet 2019,
Fabrique Pola, Bordeaux.


Écoutez Laure Subreville.

Interview réalisée par Frédéric Dussarrat