Un voyage à Venise avec Rodolphe Martinez

Un voyage à Venise avec Rodolphe Martinez

Que montrer de Venise, sinon le sentiment amoureux qu'elle provoque longtemps après l'avoir quittée.


Ce travail sur Venise fait suite à un court et très intense séjour fin octobre 2017. Une quarantaine de pièces (peintures, dessins, photographies, et techniques mixtes) naitront de ce voyage. Je voulais poursuivre ce dialogue avec Venise, comme une correspondance.

D’une certaine manière tenter de fixer non pas seulement des images, mais des émotions et des sensations. Le travail produit mêle un langage visuel sophistiqué à une approche plus instinctive.

C’est l’idée de la persistance qui prévaut dans la plupart des pièces. La photographie seule n’y parvient pas, il faut faire appel à l’imaginaire, à l’écriture, raconter des histoires, plonger dans le flou des souvenirs, se laisser piéger par les erreurs et les approximations de la mémoire.

Ne pas prétendre connaître Venise, bien au contraire, laisser les images renaitre, se reconstruire, laisser la main repeindre ce que l’oeil a cru capter.
Deviner Venise, se fondre, glisser silencieusement sur les eaux, se repérer dans la pénombre de la ville. Faire un voyage dans l’histoire de l’art, rendre hommage aux anciens et saluer la modernité de la ville. Aimer Venise, c’est aimer la mélancolie, la tristesse, les nuits trop calmes mais c’est aussi aimer les artifices, les jeux, les illusions, les promesses, les reflets trompeurs. Travailler sur Venise, c’est une façon d’y séjourner encore, c’est entretenir une relation secrète et énigmatique. C’est s’y inventer une vie, des rencontres fantasmées, des nuits au balcon d’un palais. C’est se laisser engloutir par l’histoire de la ville, par la beauté qui ruisselle, se laisser aller au sacré, au trivial, au raffinement et à la nostalgie.

En savoir plus : https://www.institut-bernard-magrez.com/


Du jeudi 10 au dimanche 20 mai 2018,
Institut culturel Bernard Magrez, Bordeaux.


Écoutez Rodolphe Martinez.

Télécharger [Click droit, enregistrer sous]
Interview réalisée par Frédéric DUSSARRAT