• Quelques temps forts...Quelques temps forts...
  • Quelques expositions...Quelques expositions...
  • Quelques spectacles...Quelques spectacles...

Nature morte, ou le préfixe conceptuel de l'art romantique

Nature morte, ou le préfixe conceptuel de l'art romantique

Le Centre d’art du domaine de Château Chasse-Spleen à Moulis-en-Médoc (Nouvelle-Aquitaine) accueillera, à partir du 8 mars et jusqu’au 26 octobre, l’exposition « Nature Morte ou le préfixe conceptuel de l’art romantique ». Cet événement, organisé par l’artiste Benoît Maire, commissaire du projet, présentera une quinzaine d’oeuvres de 5 artistes de renommée internationale.


Le lieu
« L’art est un projet esthétique et intellectuel ». Céline Villars-Foubet et son époux Jean-Pierre Foubet, amateurs d’art engagés et collectionneurs depuis de nombreuses années, ont décidé d’ouvrir au printemps 2016, un centre d’art dans leur domaine de Château Chasse-Spleen.
Ils consacrent désormais chaque année à l’art contemporain quelques 300 m2 d’espace de plain-pied, au sein de la chartreuse du XVIIIe siècle, lieu attenant au château lui-même. Cet espace, ouvert au public, propose des expositions temporaires annuelles de mai à octobre, imaginées par un commissaire privé (galerie, critique d’art, artiste…).
Ce nouveau Centre d’art représente un prolongement de l’activité viticole du couple, initiative qui s’inscrit dans leur démarche de partage d’une émotion et du plaisir que procurent les oeuvres d’art, au même titre que le partage du vin engendre le plaisir.

L’exposition
Le XVIIIe est connu comme le siècle des Lumières. Mouvement littéraire et culturel européen fondé sur la raison (l’illumination), il a pour but de promouvoir la connaissance et de faire progresser les hommes grâce au savoir.
Apparu à la fin du même siècle, le Romantisme s’oppose à cette tradition classique en privilégiant l’imagination et les thèmes de la nature et de l’amour. L’artiste romantique sait qu’il ne peut accéder au sens ultime de l’existence. Un trait caractéristique du Romantisme né de l’acceptation de la perte du sens. En opposition avec le Rationalisme et le Classicisme, le Romantisme cherche à prouver qu’il existe des zones d’ombres qui ne peuvent être nommées.
A travers cette exposition, le commissaire, Benoît Maire, souhaite démontrer que ce courant artistique de la fin du XVIIIe siècle ne se veut finalement ni nostalgique ni mélancolique. Il est pragmatique.

Les oeuvres qui seront ici présentées sont toutes issues de cet héritage romantique, mais également de l’art plus récent que l’on nomme conceptuel. Elles véhiculent des idées en lien avec notre époque et portent en elles des arguments théoriques. Néanmoins en parallèle, elles transmettent la lucidité de percevoir que l’art, parfois, est habité d’une signification, d’un sens, difficile à expliquer et à nommer. Et c’est là leur aspect romantique.
« Nature Morte ou le préfixe conceptuel de l’art romantique » présentera une quinzaine d’oeuvres autour de la thématique de la « nature morte », genre classique de la peinture. Autrefois véritable instantané pré-photographique, la « nature morte » est devenue la personnification d’une nature qui meurt, dans l’époque technologique actuelle.


L’exposition donne à voir une nature qui meurt du fait de l’usage grandissant de la technologie. Cette dernière, à l’image de l’Homme qui la façonne, peut occasionner le meilleur comme le pire.
Elle peut avoir des conséquences néfastes sur la Nature elle même, mais aussi sur la nature humaine, par le biais d’une utilisation inapproprié et disproportionné.
La question que l’exposition souhaite soulever est donc la suivante : la Nature est-elle mourante en raison de la place, trop importante, occupée par la technologie de nos jours ?

En savoir plus : http://art.chasse-spleen.com/


Du jeudi 8 mars au vendredi 26 octobre 2018,
Château Chasse-Spleen - Centre d'Art.


Écoutez Benoit Maire.

Télécharger [Click droit, enregistrer sous]
Interview réalisée par Frédéric DUSSARRAT