Parcours hors les murs par le CAPC autour d'un ensemble d'œuvres monumentales de l'artiste britannique Richard Long

Parcours hors les murs par le CAPC autour d'un ensemble d'œuvres monumentales de l'artiste britannique Richard Long

L’artiste britannique, né en 1945 à Bristol, est mis à l’honneur par la présentation de trois de ses œuvres issues de la Collection du CAPC musée d’art contemporain de Bordeaux : au Grand-Théâtre, à l’Espace Saint-Rémi et à l’Hôtel de Ville. Cette présentation est complétée par les œuvres in situ visibles en permanence au Café du musée et sur ses terrasses.


Arpenteur du monde affilié au Land Art, Richard Long trace des itinéraires dans des espaces naturels et sauvages, essaimant des sculptures aux formes élémentaires comme marquage de son passage ou collectant la matière première nécessaire à l’élaboration de ses œuvres. En 1969, il participe à l'exposition Quand les attitudes deviennent forme à Berne et en 1972 à la documenta 5 de Cassel, s'associant ainsi aux grands mouvements d'avant-garde de la fin des années 1960 et du début des années 1970. Les formes géométriques de sa sculpture (cercles, rectangles, spirales...) s'inscrivent dans la continuité des recherches des artistes minimalistes et lui permettent d'expérimenter les relations physiques qui lient l'œuvre à l'espace.
En 1981, le CAPC invite l’artiste à imaginer une exposition dans la nef du musée et ses galeries d’exposition. Bordeaux et les paysages naturels remarquables qui suivent les méandres de la Garonne et de la Gironde inspirent Richard Long qui, de 1981 à 1990, réalise plusieurs pièces pour le musée. Certaines, créées spécifiquement en regard de la singularité architecturale de l’espace, feront l’objet d’acquisitions pour la Collection du CAPC, constituant un ensemble unique de dix œuvres de l’artiste.

Le Parcours :
> STONE FIELD
Espace Saint-Rémi
13.07 − 27.08.2017
Cette œuvre in situ de l’artiste est une sculpture uniquement composée de marbre blanc des Pyrénées, concassé en morceaux, eux-mêmes disposés au sol selon un rectangle prédéterminé. À travers Stone Field, Richard Long met en tension les préceptes fondamentaux tels que nature et culture, géométrie et chaos, intérieur et extérieur. La mise en place de ce « champ minéral » au centre de l’Espace SaintRémi, prend à témoin l’architecture du site : une église médiévale, transformée il y a près de 20 ans en lieu d’exposition.

> CORNWALL SLATE LINE
Hall du Grand-Théâtre de Bordeaux
13.07 − 03.09.2017
Installée dans le somptueux hall du Grand-Théâtre de Bordeaux, cette ligne d’ardoise provenant de la plus ancienne carrière d’Angleterre en Cornouailles et formant un long et épais rectangle au sol, met en relation un matériau archaïque et naturel, symbole du désordre apparent du monde, avec la rigueur humaine d’un motif archétypal.

> SNAKE CIRCLE
Hôtel de ville
13.07 − 10.09.2017
La sculpture en gneiss (roche contenant du quartz, du mica et des feldspaths) Snake Circle résulte d’un geste archaïque, poétique voire nostalgique qui évoque l’idée de la trace mystérieuse laissée par l’homme. Formant un cercle de pierres levées, cette sculpture est gouvernée par des intentions différentes de celles des voyages de Richard Long. Loin des perspectives ou points de vue qu’il dessine dans les paysages désertiques qu’il parcourt, la sculpture anime ici un espace, celui du Mémorial du Palais Rohan, qu’elle invite à découvrir autrement.

> GARONNE MUD BLACK CIRCLE et GARONNE MUD BLACK CIRCLE
Œuvres in situ, visibles en permanence au Café du musée
Les cercles de boue qui se font face sur deux murs du Café du musée ont été réalisés par Richard Long au printemps 1990, à la fin du chantier de rénovation de l’Entrepôt Lainé. L’œuvre de l’artiste tire son sens du passage entre nature et culture. Par l’expérience directe qu’il fait du monde, à la fois naturel (la matérialité de la boue prélevée aux environs du musée) et culturel (l’inscription au sein d’un lieu de création et de mémoire humaines), il propose une réflexion sur le sens même de l’œuvre d’art.

> LIGNE D'ARDOISE, BORDEAUX 1985 et WHITE ROCK LINE
Œuvres in situ, visibles en permanence sur les terrasses du musée
Situées de part et d’autre des terrasses du CAPC, ces lignes de pierres réalisées in situ se composent de plaques ardoise se chevauchant partiellement et de moellons de calcaire. Similaires dans l’esprit mais divergentes dans leurs formes, ces deux sculptures forment un rectangle au sol, dont les dimensions et les modalités de réalisations sont fixées par l’artiste dans un protocole conservé par le musée. Elles dessinent un chemin le long duquel le visiteur est invité à déambuler. Le calcaire blanc provient de la carrière Malville située au nord de Ribérac en Dordogne tandis que l’ardoise a été extraite de l’une des plus anciennes carrières de Cornouailles.
« Je choisis la ligne et le cercle parce qu’ils font l’affaire », dit l’artiste pour lequel la marche invite à la réflexion : « Marcher, c'est comme dessiner le temps qui passe ».


En savoir plus : http://www.capc-bordeaux.fr


Du jeudi 13 juillet au dimanche 10 septembre 2017.
-> Hôtel de ville, Espace Saint-Rémi, Grand-Théâtre de Bordeaux et CAPC musée d'art contemporain de Bordeaux (terrasses et Café du musée).


Écoutez María Inés Rodríguez.

Télécharger [Click droit, enregistrer sous]
Interview réalisée par Frédéric DUSSARRAT